Mon expérience en refuge de montagne (et les règles de savoir-vivre)

Dormir dans un refuge de montagne est une expérience à part entière. C’est vraiment quelque chose que je voulais tester… Et que j’ai pu découvrir lors de mon séjour dans le Queyras, en hiver.

Il faut connaître les règles de vie, les codes, et s’adapter au lieu où l’on se trouve. Mais l’expérience peut être inoubliable 🙂 Loin de tout, le refuge de montagne est généralement niché au milieu des sommets, dans un décor de rêve. On se sent coupé de la vie réelle en quelque sorte.

Personnellement, j’ai testé le refuge de la Blanche, non loin de Saint-Véran, la commune la plus haute d’Europe (2 040m). Ci-dessous, je vous explique comment ça s’est passé.

Refuge de montagne 1

J’ai testé tout un tas d’hébergements insolites (péniche, tonneau,…), mais je dois dire que le refuge de montagne est un brin différent. Déjà, il faut y accéder et cela constitue une aventure en soi! Cependant, vu les repas qu’ils servent, il vaut mieux se dépenser un peu avant 😉

Et oui, les refuges de montagne sont loin de la civilisation. Lorsque j’étais dans le Queyras, je suis partie du village de Saint-Véran et j’ai marché environ 3h pour accéder au refuge de la Blanche (bon j’avoue 4h mais parce que je devais faire des photos!). Le refuge se situe à 2 500m d’altitude. Pour faire le trajet, j’ai opté pour la randonnée en raquettes. Mais on peut aussi le faire en ski: plutôt cool en descente, moins en montée…

Refuge de montagne : ce que j’ai aimé

  • L’isolement du refuge

    Dans un refuge de montagne, on se sent loin du tumulte de la ville, des tracas du quotidien. Et c’est ça qu’on aime! En effet, le refuge est généralement loin de tout. Que ce soit en été ou en hiver, on s’évade, l’espace de quelques heures ou de quelques jours pour être au plus près de la nature, des plaisirs simples. On aperçoit parfois des animaux (ce ne fût pas mon cas hélas). Puis, à la nuit tombée, on découvre ou redécouvre les étoiles dans un ciel complètement pur de toutes pollutions lumineuses.

  • La beauté des paysages

Celui que j’ai testé, le refuge de la Blanche, se trouve dans un cirque, entouré par les montagnes. C’est tout simplement magique! À chaque saison, le paysage change, mais l’environnement est la plupart du temps, sauvage. On retrouve la nature à l’état brut, avec des montagnes majestueuses autour de nous. On se sent un peu privilégié à vrai dire (Ça me donne envie de philosopher à propos du bonheur tout ça mais je vais vous épargner mes petites pensées, vous avez compris!).

  • Les repas et la convivialité

Le refuge de montagne est isolé, certes, mais on n’est pas seul à proprement parler. À chaque saison, on partage souvent le dîner ou le petit déjeuner avec d’autres randonneurs ou amoureux de la montagne. Autant de moments partagés, autour de produits locaux, qui permettent de rencontrer d’autres personnes, d’échanger sur les vies de chacun ou sur la journée passée. Bref, on déconnecte du téléphone portable, du virtuel, et on partage de « vrais » moments! (avec de vrais bons produits, comme la tarte à la myrtille par exemple!)

Refuge de montagne 5

Refuge de montagne : ce que j’ai moins aimé

Peu de choses… Vraiment! Bien sûr on ne trouve pas le même confort que dans les hôtels  de la vallée. On partage sa chambre, on a souvent peu de réseau et on a peu d’intimité. Mais on est au courant de tout cela avant de venir, donc ce n’est pas une (mauvaise) surprise. Il ne faut pas confondre hôtel et refuge, ce n’est pas la même chose!

Refuge de montagne

Refuge de montagne : à ne pas oublier avant d’y aller

Si vous n’avez jamais dormi dans un refuge de montagne, il y a quelques petits détails auxquels il faut penser.

Déjà, réservez avant d’y aller! C’est tout bête, mais les refuges sont parfois plein en été ou en hiver et il est plus sage de réserver avant, surtout si vous venez à plusieurs. Prévoyez de l’argent en espèce. Les refuges ne prennent pas souvent la carte bancaire.

Pensez aussi à vous munir d’un sac à viande ou sac de couchage pour la nuit. Les draps des dortoirs ne sont pas forcément lavés tous les jours par le gardien, qui est seul dans son refuge et doit gérer beaucoup de choses. Rassurez-vous, la plupart du temps les couvertures sont fournies, vous n’aurez pas froid!

Prenez une paire de boule quies au cas où. Cela vous permettra d’éviter une mauvaise nuit si un ronfleur se trouve dans le même dortoir que vous (vous dormez dans des dortoirs de 4 personnes, minimum). Munissez-vous d’un nécessaire de toilettes, dans l’éventualité où vous arriviez en dehors des horaires de douche (14h à 19h).

Enfin, prévoyez de ne pas avoir de réseau. Prévenez vos proches en amont, pour éviter les mauvaises surprises et les possibles contrariétés… 🙂

Les 10 règles de savoir-vivre dans un refuge de montagne

Il y a des règles de vie à connaître dans un refuge. Vous voulez savoir lesquelles? Alors je vous détaille les principales. Un mélange de savoir vivre en communauté et d’actions à faire pour se sentir en sécurité et veiller à l’environnement.

  1. Réserver sa nuit avant de venir

    Cela évite les mauvaises surprises lors des périodes d’affluences et même si le refuge peut accueillir plus de 50 personnes!  D’ailleurs, si après avoir réservé, on décide finalement de ne pas venir, on prévient aussi! Cela évitera aux secours de vous chercher pendant des heures en pensant que vous vous êtes perdus dans la montagne (ça semble bête mais ça arrive régulièrement…)

  2. Enlever ses chaussures à l’entrée du refuge

    Ainsi, on ne met pas de la neige ou de la terre partout. On enfile une paire de tongs ou de chaussons (fournis à l’entrée). On ne fait pas comme moi qui arrive avec ses gros sabots et se fait rappeler à l’ordre 12 secondes après être entrée 🙂

  3. On ne reste pas 10h dans la douche 

    Déjà pour l’environnement. Et parce que les réserves d’eau chaude sont limitées. De plus, cela évite aux autres voyageurs d’attendre trop longtemps.

  4. On respecte les horaires 

    Pour la douche et le repas du soir, généralement servi vers 19h. C’est plus simple pour le gardien, qui fait à manger pour des dizaines de personnes.

  5. On met la main à la pâte 

    Cela fait partie des traditions. Chacun donne un coup de main, aide à débarrasser ou éventuellement à faire la vaisselle.

  6. On respecte les autres voyageurs

    C’est la vie en communauté, tout simplement. Et comme on partage souvent le dortoir, on parle doucement après le dîner où si l’on se lève avant les autres.

  7. On plie et range systématiquement son couchage 

    Au petit matin, on pense à replier la couette et les draps et laisser son lit dans le même état que lorsqu’on l’a trouvé.

  8. On fait attention à l’environnement

    Dans un refuge, on est en pleine nature, loin de tout. Il est donc important de maîtriser nos déchets par exemple.

  9. On pense à payer

    En général, le gardien du refuge est présent. Donc on prévoit des espèces pour régler sa nuit. Si le gardien est absent, on met l’argent dans une caisse prévue à cet effet et on ne part pas comme un voleur!

  10. On écoute le gardien du refuge

    C’est la base. Un gardien de refuge, c’est un peu comme le capitaine d’un bateau. On écoute donc scrupuleusement celui-ci pour la vie à l’intérieur de l’hébergement. Et on écoute aussi ses conseils pour notre randonnée du lendemain. Il connaît certainement mieux la nature environnante que nous! 🙂

Refuge de montagne

Voilà, vous êtes officiellement prêt pour votre première nuit en refuge 🙂

7 réponses sur “Mon expérience en refuge de montagne (et les règles de savoir-vivre)”

  1. Tes photos de nuit sont tellement belles Ca n’a pas dû être facile de gérer entre exposition du ciel pour voir les étoiles et exposition du refuge et de ses lumières ! C’est de l’HDR ? Je suis fan en tout cas !!
    Merci pour le retour d’expérience aussi, je n’ai encore jamais dormi dans un refuge mais ça fait un moment que ça me titille !

Répondre à On met les voiles Annuler la réponse.