Le Berry en canoë: Une expérience insolite

Quand on imagine une aventure insolite on pense tout de suite aux récits de Mike Horn jouant sa vie à chaque pas qu’il pose à terre, à des trips en stop jusqu’à l’autre bout du monde ou au fait de se retrouver à manger des insectes pour vivre à la façon de la population qui t’accueille… Mais ce qu’on te propose aujourd’hui c’est une aventure simplement insolite, qui te rapproche de la nature et de ton état animal. Oui oui, 3 jours en kayak sur la Loire pour traverser le Berry depuis Cuffy jusqu’à Sancerre ça fait de toi un animal… Tu pues, mais t’es heureux 😉 On te raconte ça.

Mais avant, laisse-nous te glisser une petite carte du Berry, car il y a de grandes chances que comme nous, tu ne saches pas que l’aventure se trouve, à seulement 2 h 30 au sud de Paris et à 3 h 30 de Lyon en voiture. C’est aussi utile  que tu connaisses notre itinéraire, tu pourras mieux cerner les lieux dont on va te parler.

Le récit de notre expérience et notre ressenti

Notre aventure jour par jour

On a su très vite qu’on voulait absolument vivre la plus grande partie de l’expérience immergée en pleine nature. C’est ce qu’on a fait. On a fait nos courses avant le départ et on n’a pas visité les villages qui se trouvaient sur notre chemin. On est content d’avoir fait ce choix même si les bourgs ont l’air hyper sympas.

Jour 1

On est donc parti de Cuffy pour atteindre les alentours du village de La Marche. Il y a d’ailleurs de très beaux paysages entre Marseilles-les-Aubigny et La Marche où on s’est arrêté pour bivouaquer. On y a trouvé un petit ilot super accueillant et surtout bien fourni en bois flotté. On a monté la tente, démarré le feu, pris l’apéro, mangé et puis la nuit tombée, on s’est rapidement couché. Simple programme, mais tellement apaisant. C’est marrant d’ailleurs comme on vit la nuit différemment en pleine nature. Elle est agréablement pesante, dicte les comportements. À nous, elle nous a dit d’aller se coucher 😉

Jour 2

Équipés comme il se doit, on a mis de l’eau à chauffer sur les braises du feu qui comme nous sommeillaient durant la nuit. Petit thé, petit café, des gâteaux et hop on était prêt à repartir pour notre second objectif: Dépasser le village de Pouilly-sur-Loire. Pour y arriver, on a pagayé aux abords du village de la Charité-sur-Loire, un très joli village de la Nièvre qu’on n’a encore une fois pas visité. On a préféré se réserver du temps pour découvrir la réserve naturelle (interdite au bivouac) implantée entre  la Charité-sur-Loire et Pouilly. On n’a pas regretté, car la réserve abrite une faune (pour partie endémique) très riche. On a surtout vu des tas de jolis oiseaux comme des grues cendrées. C’est sublime. Si tu as de la chance, tu peux même apercevoir des castors. Nous on a fait chou blanc sur ce coup-là. 

Sorti de la réserve, on a dépassé d’une demie-heure le village de Pouilly pour dormir sur une ile accueillante aux abords du hameau Les Loges. Pour le coup, on a fait le même programme que le bivouac du jour 1, mais avec plus de vin cette fois-ci. Petite anecdote, en pleine nuit, on a entendu une harde de sangliers, environ une dizaine, grommeler et crier. Ils ont traversé le fleuve comme des dératés. C’était impressionnant et intense.

Jour 3

Départ matinal pour rejoindre notre point d’arrivée: Sancerre.

Le trajet en canoë était encore une fois splendide, surtout lorsque s’est dévoilé devant nos yeux, dressé sur son piton rocheux, le village de Sancerre. Entouré des vignobles qui le caractérisent tant, le village est sublime. Et on sait de quoi on parle, on l’a visité. On a été accompagné par Nicolas, directeur de l’office de tourisme, c’est un garçon qu’on n’oubliera jamais, car 1. Il est hyper sympa et 2. il nous a permis de goûter des choses incroyables et boire des vins que notre palais garde encore en mémoire… Promis Nicolas, on t’aime bien aussi parce que t’es sympa hein 😉

On a d’ailleurs mangé sur la place à La Taverne du Connétable. Si tu vas à Sancerre, ne rate pas cette adresse. Ils proposent une cuisine du terroir et des planches à déguster. Moi j’ai goûté la Planche sancerroise et j’ai eu l’immense bonheur de découvrir les frites maison à tremper dans le crottin de Chavignol… Je ne peux pas te dire plus qu’après avoir gouté ça, arrosé d’un verre de Sancerre, j’ai voulu déménager pour habiter… Dans le resto 😉

Le repas terminé, on est allé visiter la Tour des fiefs, implantée au sein du village. Historiquement, c’est le dernier vestige du château féodal de Sancerre qui comportait 6 tours. Mais c’est aussi l’occasion d’avoir, du haut de la tour, une vue imprenable sur le village et ses alentours.

On s’est ensuite dirigé vers la Maison des Sancerres. Située dans le centre historique de la ville, elle propose un voyage historique et ludique au cœur des vins de Sancerre et de l’appellation Sancerre. Tu y trouves un plan relief animé qui te raconte l’histoire et les caractéristiques de l’appellation, un Ciné 4D dont on ne te parlera pas plus pour ne pas te gâcher la surprise, des vidéos, un jardin avec un simulateur de conduite de tracteur (très fun), une boutique autour des produits du vin… À la fin de la visite, une dégustation t’est offerte. Après avoir bu, on a voulu acheter, mais il n’y a pas de vente en direct de vin, on est donc allé dans une boutique dans le village pour repartir en train avec nos 6 litres de Sancerre 😉 Ca fait d’ailleurs vachement sérieux de se balader avec tes litrons…

On a vraiment adoré Sancerre, c’est une très belle ville où il fait bon grossir avec du Crotin de Chavignol. Mais ça se limite pas à ça. Au niveau touristique elle est très active. Tu peux choisir de la visiter en suivant un fil d’Ariane qui te conduit aux points d’intérêts principaux du village. Des visites théâtralisées sont également organisées pour rendre plus ludique la découverte du village. Mais il doit y avoir beaucoup plus de choses à découvrir. D’ailleurs, on te laisse le lien de l’office du tourisme pour compléter tout ça au besoin.

Notre ressenti vu sous l’angle particulier couple

On a parcouru environ 80 km sur le fleuve royal, on s’est souvent senti complètement isolé, en pleine nature, remis à notre condition de petits êtres aussi vulnérables que la nature est grande. On a aussi très vite compris qu’on ne s’éloignait jamais beaucoup de la civilisation, les villages sont nombreux sur le parcours et la route longe souvent le fleuve (le seul bémol selon nous, car les bruits des véhicules perturbent parfois la sérénité de l’expérience). On s’est retrouvé tous les deux, en couple, face à nous même, sans TV pour perturber nos échanges, sans coups de fil pour nous extraire de cette jolie réalité. On s’est confronté à certaines de nos peurs, Adeline craignant les sangliers affamés la nuit et que je sois trop bourré par la protéger et moi de devoir pagayer pour deux, car madame était trop concentrée à échanger avec les papillons, les oiseaux et les rayons du soleil 😉

En toutes circonstances, c’est une expérience qui, sans être périlleuse nous a rapprochés. Je la taquine beaucoup, mais je dois rendre à Adeline ce qui appartient à Adeline (Je m’en moque de César ;). Elle a largement contribué à faire vivre l’expérience: Monter la tente, préparer le repas, servir l’apéro, me faire des blagues quand j’étais bourré… Ca compte tout ça 😉

Bref, c’est une belle expérience à faire en couple si vous vous sentez de vivre 3 jours avec tant de proximité. À l’inverse, si vous vous accrochez, c’est pas recommandé, un de vous deux peut finir par aller, sans le vouloir, rendre visite aux poissons.

Les infos pratiques pour préparer ton expérience

 

Prépare ton départ fumier

En amont du départ, tu devras choisir ta façon de vivre l’aventure. Tu peux décider de t’arrêter manger et/ou dormir dans les nombreux campings situés dans les différents villages qui jalonnent le parcours et ça a l’air pas mal. Nous, on l’a fait autrement, on a décidé de faire des courses, on a pris le stock de Sancerre, de viande, de petits déj et de tout ce qui nous donnait envie pour passer ces 3 jours en toute autonomie. On ne regrette pas, car on a complètement oublié la vie citadine. Ca fait un bien fou.

Si tu souhaites passer tes nuits en camping, voici deux adresses (non testées) :

Camping de la Saulaie ***
Quai de La Saulaie – 58400 LA CHARITÉ/LOIRE
03.86.70.00.83

Camping le Malaga *
Route des loges – 58400 POUILLY/LOIRE
03.86.70.00.83

Il va te falloir prévoir des affaires. Tu pourras faire face à des intempéries alors on te conseille de prévoir des habits légers pour la journée et des rechanges chauds pour le soir. Idem pour les chaussures. Tu dois en avoir deux paires, dont une que tu dois accepter de mettre à l’eau. Et ouais, il faut bien pousser le canoë parfois pour le passer de la terre au fleuve. Tu prendras un briquet pour le feu, une lampe de poche, un couteau suisse (car tu pourras couper tes aliments et ouvrir ton pinard 😉 un sac de couchage, une tente et ta femme ou ton pote… Vu qu’on se dit tout ici, choisis ton pote en fait, il sera certainement plus utile pour allumer le feu et pour progresser sur le fleuve. Après, pour les coquinades près du feu à la nuit tombée lorsque même le soleil se cache pour ne pas effrayer l’intimité… Là t’es embêté. Quoi que, tout dépend de tes relations avec ton pote 😉

A fortiori, Thierry et Claude ont pour objectif de fournir tout le nécessaire au bivouac, tu devras prendre ta tente et ton sac de couchage, le reste sera fourni. On te laisse quand même vérifier de ton côté où nos amis berrichons en sont à ce niveau là.

Tu dois certainement te poser la question du type de canoë qui te sera fourni. Eh bien rassure-toi, ce sera un canoë canadien, fait en bois de cerfs liés par des  boyaux d’ours noir donc… Non j’deconne, ils font plus d’un mettre d’envergure et sont très stables. Il n’y a aucun souci de ce côté-là. Et en plus, tu pars avec autant de bonbonnes étanches que souhaité. Tu peux protéger tes affaires là dedans. En gros, tu pars sur un canoë stable sur lequel tu peux mettre toutes les affaires dont tu as besoin (jusqu’à 500 kg quand même).

Si tu te poses la question de la meilleure saison pour partir eh bien c’est assez simple. De juin à septembre, c’est l’idéal. Les températures sont clémentes et tu as un max de chance d’avoir du soleil. Nous on a eu beau temps et c’est vrai que l’aventure est vraiment agréable quand, en plus, tu bronzes sur ton canoë.

Ce qu’il est utile de savoir sur l’aventure

Pour te guider c’est aussi très simple, Thierry ou Claude de l’équipe de Canoë Raid Aventure te filent un road-book sur lequel tu as l’itinéraire à emprunter et les lieux où tu peux bivouaquer ou non. C’est hyper bien fait et tu débriefes avec Thierry et/ou Claude avant le départ. Avec leur approche douce et pédagogique, ils ont le don pour rassurer. Adeline avait assez peur de vivre cette expérience, Thierry a particulièrement été bienveillant avec elle. Un vrai pro. D’ailleurs, merci à vous d’avoir fait le job parce que moi elle me gonflait 😉 #j’suispasunmarimaisuneordure

Aussi, sache que tu n’as pas besoin de compétences particulières pour partir. Pour preuve, des grands-parents de 70 ans ont vécu la même expérience que nous avec des enfants (6 et 10 ans). Seulement les enfants sont morts, les vieux ont survécu. Tu vois ça passe 🙂

Sans déconner, tu dois savoir que la Loire est un fleuve tranquille dont le courant faible te guide et te porte de bout en bout de l’itinéraire. Tu pourrais même ne pas pagayer que tu y arriverais quand même. Demande à Adeline si elle a eu des courbatures 😉

Pour le bivouac, il y a des iles de sable partout pour te poser. Tu as aussi du bois flotté en pagaille, allumer un gros feu n’est pas un problème.

Et le prix dans tout ça?

Eh bien c’est HYPER accessible. 70/personne et ça comprend accroche toi, le prêt du canoë, les conseils de Thierry et Claude pour préparer l’aventure et le transfert depuis le point d’arrivée jusqu’à la base soit 3/4 d’heure de camion. À ça, penses à ajouter dans ton budget les courses pour le bivouac et les restos si tu en fais, mais au final c’est une expérience assez incroyable à moindre coût.  Tu peux partir avec une équipe de 9 personnes, là par contre le budget bière et vin il fait mal 😉

Bon voilà, on arrive au terme de ce qu’on peut te dire de notre aventure. Tu l’as compris, on a adoré. Mais ce que tu ne sais pas, c’est qu’on a tellement adoré qu’on a déjà réservé  pour y retourner l’été prochain avec des potes… Eux pagaieront au moins 😉

Du coup, on veut vraiment remercier Valentin de Berry Province, Nicolas de l’office de tourisme Sancerres et Thierry et Claude de Canoë Raid Aventure pour leur gentillesse et leur professionnalisme. Vous nous avez régalés les mecs 😉

 

2 réponses sur “Le Berry en canoë: Une expérience insolite”

Laisse nous un commentaire et gagne (peut-être) 1 milliard de dollar ;)